Back
Image Alt

Qui fait le prêt à taux zéro ?

Vous avez un revenu modeste et vous souhaitez acquérir votre propre résidence principale? Eh bien sachez qu’il existe ‘’le prêt à taux zéro’’ qui peut vous aider à accomplir votre rêve. Destiné en effet à soutenir l’accession à la propriété des ménages à revenus modestes et intermédiaires, ce prêt présente de nombreux avantages. Mais pour pouvoir en bénéficier, il est important de savoir à qui s’adresser et quels sont les critères pour en bénéficier. Lire jusqu’à la fin pour plus d’information.

Quels logements sont éligibles au prêt à taux zéro ?

Permettant d’acquérir sa première résidence principale, le prêt à taux zéro (PTZ) est un soutien accordé sous certaines conditions. Il faut également noter que c’est un prêt qui ne peut être octroyé que par les banques et établissements de crédit dûment agréés par l’Etat.

A lire également : Quelle est la différence entre un notaire et un clerc de notaire ?

Pour qu’un logement ancien soit éligible à un PTZ, il faut que celui-ci se situe dans une zone B2 et C. Aussi, les travaux doivent représenter une partie de l’opération (au moins 25 %) afin de réduire la consommation énergétique par an du logement à 331 KWh/m².

Par ailleurs, un logement ancien ou neuf faisant l’objet d’un contrat de location-accession peut être également financé par le prêt à taux zéro. Dans ce cas de figure, l’habitation doit être vieille d’au moins 5 ans et être occupée depuis moins de six mois par le premier occupant.

Lire également : Comment trouver un plombier honnête ?

À qui adresser une demande de prêt à taux zéro ?

Pour une demande de prêt à taux zéro, vous avez la possibilité d’adresser la requête à l’établissement de crédit de votre choix. Toutefois, il est conseillé de vérifier si celle-ci est vraiment apte à vous accorder ce crédit. La banque habilitée à distribuer un crédit à taux zéro a pour obligation de signer une convention avec la SGFGAS. La SGFGAS, quant à elle, est une société dont le but est de suivre, gérer et contrôler les crédits d’impôts dus aux banques par l’Etat au titre du prêt à taux zéro.

La banque est également contrainte de mentionner sur l’offre de prêt, le montant du crédit d’impôt qui lui est accordé. L’emprunteur est ainsi informé du coût supporté par l’Etat.

Par ailleurs, comme pour tout autre prêt, la banque qui accorde le crédit a le droit de vérifier la responsabilité, la solvabilité et les garanties de remboursement des ménages. Elle n’est donc pas obligée d’accorder le prêt à taux zéro une fois qu’elle juge le prêt non rentable.