Back
Image Alt

Quelle imposition pour une location saisonnière ?

Il est important lorsque vous mettez votre bien immobilier en location de déclarer vos revenus locatifs. Cela est en effet valable même pour une location saisonnière. Cependant, il est important de déclarer convenablement tous vos revenus en y insérant les informations nécessaires. Trouver dans cet article quel impôt est appliqué sur la location saisonnière.

Que dit la loi sur les locations saisonnières ?

Tout d’abord, il faut savoir que la location saisonnière présente de très différentes caractéristiques de la location classique meublée. Généralement, ce type de location est proposé à une clientèle qui ne veut occuper le lieu que pour quelques nuits ou pour quelques jours seulement.

Lire également : Est-il plus intéressant de louer en meublé ?

Ce type de location est en effet proposé pour des logements tels que les villas, les appartements ou encore les studios. Lorsque vous proposez votre bien immobilier comme une location saisonnière, vous devez effectuer quelques démarches à la mairie.

Dans un premier temps, vous devez le déclarer en tant que meublé de tourisme en effectuant un changement d’usage lorsqu’il est situé dans une très grande ville. Si ce n’est pas le cas et que ce dernier ne se situe que dans une grande ville, alors vous devez faire une déclaration puis un changement d’usage. Dans les autres villes, une simple déclaration en tant que meublé suffira.

A lire aussi : Comment déclarer la location de sa résidence principale ?

Aussi, il est important de noter que toutes les locations sont imposables. Il est alors obligatoire de payer des impôts qui s’y appliquent. Il fait cependant noter qu’il existe d’exceptions à l’imposition saisonnière.

La première stipule que vous n’êtes pas soumis à l’imposition si vous louez une partie de votre logement principale et que le loyer annuel par mètre carré est inférieur au plafond fixé. Aussi, si vos revenus sont engrangés dans le cadre d’une activité de chambre d’hôtel. Toutefois, ces derniers ne doivent pas être supérieurs à 760 €.

Quels sont les différents régimes

Il existe de différents régimes d’imposition pour la location saisonnière. Le premier régime est le régime forfaitaire. Vous devez tenir compte de ce régime lorsque vos revenus annuels pour la location saisonnière ne dépassent pas 32 900 €. Pour cela, vous devez faire la déclaration en utilisant le formulaire 2042 C pro. Vous pourrez alors bénéficier d’un abattement de 50 % pour une location saisonnière classique. 71% d’abattement lorsqu’il s’agit d’une location saisonnière classée.

Pour ce qu’il en est du second régime, il s’agit du régime réel qui intervient lorsque vous dépassez le plafond fixé. Étant beaucoup plus complexe, ce régime vous permet de déduire toutes les sommes perçues au titre de location. Il en est de même pour la totalité des frais et charges supportées.